Actualités des Mouvements de Solidarité


    Mouvements de Solidarité 


    ACAT : Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture

    Responsable paroissiale : Raymonde BAROU

    ---------------

    ACAT, MAINTIEN DE L’ORDRE en France : UNE AUTRE VOIE est POSSIBLE

    En 2016, l’ACAT produisait un rapport d’une centaine de pages, intitulé « L’ordre et la force, enquête sur l’usage de la force par les représentants de la loi en France », elle engageait aussi une campagne d’information sur l’usage des Lanceurs de Balles de Défense, demandant que ces armes soient interdites ainsi que le retrait immédiat des armes en dotation.

    Près de quatre années plus tard, les manifestations « des gilets jaunes » et celle contre la loi de réforme des retraites, ont entrainé de multiples victimes, du fait de l’extrême fatigue des policiers, de leur impréparation face à ces mouvements de contestation inédits et non encadrés, et de l’usage persistant et intensif des LBD.

    Le choix politique du maintien de l’ordre en France est responsable de cette escalade :

    -- « il y a eu des consignes d’extrême fermeté et d’aller au contact », selon David le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale française,

    -- (Journal LA VIE du 23 - 29 janvier 2020). Le journal nous rappelle aussi qu’il y a eu 3 morts en 13 mois et le ministère de l’intérieur décompte, 2448 manifestants et 1797 policiers blessés, de novembre 2018 à mai 2019.

    A l’ACAT, plusieurs rapports depuis 2016, dénoncent cette situation et   nous nous interrogeons sur « l’augmentation du nombre de blessés, dont certains avec des lésions irréversibles » induit par l’usage de la force en manifestation, démontrant les dysfonctionnements des pratiques du maintien de l’ordre en France.

    La désapprobation est également internationale face « à cet usage excessif de la force » dénoncé successivement par un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies, par le Parlement Européen, également par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme qui a demandé « une enquête approfondie », enfin, le

    Conseil de l’Europe a estimé qu’il faudrait suspendre l’utilisation des LBD car « les blessures occasionnées par les tirs de LBD révèlent un usage disproportionné de la force, ainsi que l’inadaptation de ce type d’arme au contexte d’opérations de maintien de l’ordre ».

    « C’est au politique, et donc aux autorités de s’assurer que le maintien de l’ordre permette la désescalade de la violence et garantisse l’exercice des libertés publiques. Lorsque l’usage de la force devient nécessaire, c’est aux autorités et aux acteurs du commandement de s’assurer qu’il respecte les principes du droit international (la légitimité, la nécessité, la précaution et la proportionnalité : NDR). Tout recours à la force qui ne respecte pas un de ces quatre principes est considéré comme un traitement cruel, inhumain et dégradant par le droit international » (HUMAINS magazine de l’ACAT, janvier-février 2020)

    L’ACAT souligne que toute allégation de violences illégitimes de la part des forces de l’ordre doit faire l’objet d’une enquête impartiale et que tout usage de la force qui s’avèrerait illégal doit être sanctionné de façon appropriée, il s’agit de justice envers les victimes, il s’agit de confiance de la population envers sa police.

    L’ACAT soutient qu’une autre voie du maintien de l’ordre est possible. Dans plusieurs pays européens une autre approche, basée sur le dialogue permanent pour permettre une désescalade des tensions, se développe.

     Il est temps que la France révise radicalement sa pratique du maintien de l’ordre, c’est une question de justice et de paix.                                                                                                 Marie Claire Carollo, Groupe ACAT FOREZ

    --------------------

    Le combat de l’ACAT continue 

    A La Talaudière, il n’y a plus de migrants ! Mais ils sont ailleurs,  dispersés en divers lieux, ou bien à la rue et………….. ils comptent sur nous !

    La collecte, toujours d'actualité, voit apparaître de nouveaux besoins :

    lits superposés, frigos, multiprises, matériel et produits de nettoyage (balais, serpillères, détergents, ...), tapis de douches, paillassons, etc...

    Pour ces raisons, nous comptons sur vous pour apporter un peu de vous-même chaque dimanche ou en déposant votre don à la salle paroissiale à Saint Just. Merci par avance pour votre aide.

    Contact : Pierre-Alex JACQUEREZ, 06.52.92.19.11

    -----------------------

    ACAT : visiter son correspondant, condamné à mort aux USA

    Livingston, petite ville Texane de 5000 habitants, s’étend au bord d’un joli lac entouré de forêts. Mais sous ces airs de paisible normalité, elle héberge un des établissements carcéraux les plus redoutés des Etats-Unis : la Polunsky Unit, dans laquelle plus de 200 personnes attendent depuis en moyenne plus de 15 ans ! de recevoir la peine de mort par injection.

    J’ai beaucoup hésité à aller voir mon correspondant Joseph, alors que cela fait des mois que je sais que je vais passer près du Texas... Nos 2 ans de correspondance ont certes créé un lien, mais la relation épistolaire procure une sorte de protection on ne dit pas tout, on ne voit pas tout dans une lettre, alors que la rencontre interpersonnelle, elle, rend beaucoup plus vulnérable ;  y suis-je prête, le veux-je vraiment ? La réponse à cette question qui me taraude finit par surgir dans mon esprit sans y être invitée, comme ça, entre le fromage et le dessert : « J’étais en prison, et vous m’avez rendu visite ». Pour une fois, c’est très clair !

    Une fois passée l’inspection complète de la voiture à l’entrée de la prison (les enfants se croient dans un film, je leur dis de ne pas trop plaisanter avec l’officier), je m’introduis seule dans la zone sécurisée : portail après portail, garde après garde, je pénètre lentement au cœur de la prison... Dans la salle des visites, les cabines blanches, munies de téléphones muraux, sont presque toutes occupées. Je m’installe à l’une d’entre elles, et quelques minutes plus tard Joseph arrive... Premier coup d’œil, l’émotion est palpable des 2 côtés ; Joseph fait mine de me « hugger à travers la vitre », et pendant les 4 heures que durera notre conversation, il me demandera de ne pas enlever ma main de la vitre où lui-même a collé la sienne.

    4 heures ça peut paraître long, mais nous avons finalement beaucoup de choses à nous raconter : je lui parle de ma famille, de notre voyage et des gens que nous rencontrons... Il me parle un peu de sa maman, du suivi de son affaire.

    A la fin de la visite, Joseph me demande si j’ai amené suffisamment d’argent pour que la garde prenne une photo de nous deux ; déception, je n’étais pas au courant et il me manque quelques cents... La dame qui termine sa visite au prisonnier d’à côté, nous entend et pousse gentiment vers moi sa monnaie superflue. Je m’apprête à la remercier, quand Joseph me stoppe net : « Don’t take it, I know this guy, he’s a rascist ! ». Mais après réflexion, il me conseille d’accepter: « This lady is nice, I don’t want to hurt her, nor you » ; et quelques temps plus tard, un « Thanks man ! » un peu gêné.

    Cet épisode anodin, ne laisse qu’entrevoir la méfiance, les tensions, la violence qui règne 24/7 en ces lieux de désespoir... Comment s’en étonner, puisque ces hommes sont confinés dans des cellules individuelles de 5,6m² sans judas ni fenêtre, n’en sortent que 2 heures par jour pour pouvoir tourner seuls dans une cage juste un peu plus grande, n’ont aucune activité collective pas même les repas, n’ont pas la télé et quasiment aucun lien avec le monde extérieur... Rien d’autre à faire, pendant 10, 20 ou 30 ans, que d’attendre le prochain lockdown (fouille totale de la prison), ou la prochaine exécution de l’un d’entre eux.

    Quel sens cela a-t-il d’imposer cela à des êtres humains, aussi fautifs soient-ils ? D’autant que grâce à notre correspondance, mais surtout au blog de détenus http://minutesbeforesix.blogspot.com, je sais aussi l’espoir qui survit derrière ces murs : les amitiés inattendues, le repentir, et pour certains, un véritable chemin de rédemption.

    Comme beaucoup, je me suis lancée dans cette correspondance avec le rêve naïf d’une belle amitié, l’espoir secret que mon correspondant ferait partie de ces erreurs de justice, ou à défaut, qu’il regretterait amèrement son crime.

    La suite de l’aventure, c’est accepter d’être rattrapé par la réalité, tenir bon lors des montagnes russes de la correspondance : quel autre choix, ces gens ont déjà été tellement trahis et abandonnés qu’il est impensable de les laisser tomber à nouveau !

    Quant à la rencontre de Joseph en personne, elle a été pour moi cruciale : aujourd’hui je peux dire que je connais Joseph car je l’ai rencontré ; et le voir m’a permis de ressentir et non de savoir à quel point nous sommes frère et sœur en humanité.

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    CCFD : Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

    Responsable paroissial : François MARTIN

     

    ----------------------------

    CAREME 2020

    MESSAGE DU CCFD- TERRE SOLIDAIRE (diocèse de St Étienne)

    À toutes les communautés paroissiales,

    Comme chaque année, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - Terre Solidaire, Service de France, appelle l’ensemble des chrétiens au partage pendant le carême. Cette mission s’inscrit dans notre démarche de Carême. Elle nous invite, à l’écoute de la Parole, à la conversion et à la solidarité aux dimensions du monde. Grâce au soutien de tous, le CCFD-Terre Solidaire peut soutenir sur tous les continents des organisations qui luttent contre la faim en s’attaquant à ses causes.

    Avec la crise que nous traversons, la campagne de carême du CCFD-Terre Solidaire est bouleversée. Toutes les animations autour de la solidarité internationale organisées par les bénévoles ont été annulées. La quête du 5e dimanche de Carême dans toutes les églises de France et reversée au CCFD-Terre Solidaire est elle aussi annulée.

    Nous invitons donc l’ensemble des communautés chrétiennes à faire vivre à distance ce geste de partage lors du 5e dimanche de carême, pour continuer notre action auprès du CCFD-Terre Solidaire et de ses partenaires locaux pour qu’ils poursuivent leurs actions et aident les plus vulnérables dans leur lutte contre la faim et les inégalités.

    CCFD-Terre solidaire, délégation de ST ETIENNE 4 rue Jean Lantier – 75001 PARIS

    (les chèques seront encaissés après la période de confinement)

    L’équipe d’animation diocésaine compte sur vous et vous espère en bonne santé.

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    Comité d'Aide aux lépreux :

    Responsable paroissial : Henri CHAMBERT

    ----------------

    « La force de notre Association réside dans la somme de tous les efforts individuels de ses membres. » (J. Vidal)

    La lèpre ne diminue pas ….. Aujourd’hui encore la lèpre est considérée comme une maladie très grave, mais on sait la soigner. Depuis 1965 avec vous, notre association se mobilise pour apporter son soutien aux pauvres parmi les pauvres. En leur nom, soyez-en remerciés.

    Notre action en 2019 : soutien financier  20 820€ ; colis 3 m3

    Les envois sont effectués en lien direct avec les bénéficiaires et nous avons un reçu de réception à chaque envoi.

    Nous récupérons les anciennes radiographies.

    Association montbrisonnaise d’aide aux lépreux

    BP 102   42603 MONTBRISON Cedex

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    Secours Catholique

     Responsables paroissiales : Annie Bisetti et Anne Darrieulat

    Le Secours Catholique collecte des vêtements.

    Il faut qu'ils soient en bon état, car ils sont commercialisés à prix modique dans les boutiques solidaires.

     ----------------------------

    ES4P : Epicerie Solidaire des 4 Ponts est une association dont l’objectif est de permettre à des personnes en difficultés de se nourrir correctement. En pratique cela permet :

    -          Un accès à une alimentation de qualité en libre-service et à moindre coût,

    -          Les économies réalisées sont réinvesties dans un projet (règlement de dettes, frais médicaux, financement d’une formation, remplacement d’un appareil ménager etc.)

    Une conseillère en économie sociale et familiale assure un accompagnement individuel (réalisation du projet), et un accompagnement collectif à travers des temps d’animation et d’échanges sous forme d’ateliers à thème.

    Les personnes sont orientées par les travailleurs sociaux des 7 communes partenaires : Andrézieux-Bouthéon, Chambles, Montrond les Bains, St Cyprien, St Marcellin en Forez, St Just/St Rambert et Veauche.

    L’épicerie fonctionne grâce à une équipe d’une cinquantaine de bénévoles et deux salariées.

    Contact : Simone MOMEIN - epicerie.solidaire0909@orange.fr

    --------------------------------

    Un service du Secours Catholique dans notre paroisse : La boutique solidaire Plaine’ Vêt

    Depuis maintenant cinq ans, une boutique solidaire de vêtements fonctionne sur notre paroisse. Elle est une des cinq que le Secours Catholique anime dans la Loire. Elle a été ouverte en même temps que le Pôle des Solidarités des 4 épis à Andrézieux- Bouthéon et elle bénéficie d’un local spacieux, à la jolie décoration intérieure, dans ce bâtiment moderne.  Le principe des boutiques solidaires est de vendre à prix modiques (entre 1 et 3 euros pour la plupart des articles) les vêtements état neuf qui lui ont été donnés. Un point important  est qu’elle est ouverte à toutes et à tous, et pas seulement aux personnes qui vivent des situations difficiles. Bien sûr c’est d’abord un instrument au service de la solidarité. Ce n’est pas un commerce, car l’on n’y trouve pas de collections suivies, seulement ce qui y a été apporté. Mais aucune condition de ressource n’est mise pour y avoir accès. Il arrive que des personnes qui viennent apporter des vêtements voient ce dont elles ont besoin sur les rayons et fassent une emplette.

    La boutique offre 150 m2 de surface de vente et voit défiler environ 200 personnes par semaine, en trois demi-journées d’ouverture (lundi après-midi, jeudi matin, vendredi après-midi, voir encadré), Elle propose des habits  mais aussi des chaussures et des articles de maroquinerie. En décembre s’ajoutent  des jouets qui ont été donnés par les enfants  des écoles, qui apprennent ainsi à faire un geste de partage. C’est au rez-de-chaussée du Pôle, sur le côté gauche du hall d’entrée, à deux pas de la gare de Bouthéon.  Le local abrite aussi l’accueil du Secours Catholique, qui fonctionne le jeudi matin et apporte un aide à celles et ceux que lui envoient les assistantes sociales qui travaillent en étroite collaboration avec les associations caritatives. Pour les personnes qui viennent demander un secours, il existe des bons de vêtement. Les bénéficiaires n’ont que quelques pas à faire pour les échanger contre des articles de la boutique.

    Ceux-ci  proviennent des dons spontanés de personnes qui ne se  servent plus de certains de leurs effets, ou d’invendus des fabricants ou du commerce. Attention, seule une partie est mise en rayon, car les personnes qui viennent à la boutique, même avec peu de ressources, veulent des articles de qualité. Le plaisir d’essayer, de choisir, d’acheter comme dans une vraie boutique  doit être d’autant plus réel qu’il est peu fréquent. Aussi les bénévoles font elles toutes les semaines plusieurs séances de tri. Ce qui n’est pas proposé à la vente est recyclé par le Secours Catholique dans ses plates- formes de Saint-Etienne et de Roanne, qui sont aussi des entreprises d’insertion. Une partie (notamment le coton) est reconditionnée et part en Afrique. Le reste alimente les usines de pâte à papier ou est recyclé comme matériau d’isolation thermique. Rien n’est jeté.

    C’est une équipe forte de vingt-trois  bénévoles qui assure la vente et la gestion de la boutique. Un café est proposé à l’accueil. La boutique n’est pas seulement un endroit où l’on peut s’habiller à peu de frais. Elle est surtout un lieu d’écoute, de rencontre, de partage, dans la ligne de l’action du Secours Catholique qui sait que la première chose dont ont besoin les personnes en situation difficile, c’est d’être accompagnées. Certaines viennent l’après-midi pour prendre un café, pratiquer le français qu’elles sont en train d’apprendre si elles sont étrangères, jouer aux petits chevaux. Plusieurs personnes  accueillies sont devenues bénévoles, car il faut transporter des colis, faire quelques  retouches, présenter de façon attractive sur les rayons.

    Dans le prolongement de l’activité vêtements, un atelier couture s’est mis en place. Son but premier est de créer un lien social entre les personnes qui le fréquentent. Il permet aussi d’apprendre à mieux coudre à qui n’en a que des notions rudimentaires ou ne dispose pas de machine pour entreprendre des travaux  d’un peu d’ampleur. L’atelier a réalisé des sacs et des attrape-rêves  qui ont été vendus sur le marché de St Rambert. Il fonctionne aussi  comme atelier de décoration et a confectionné des couronnes de l’avent, des cartes de Noël, de petits objets à mettre sur une table de fête…

    Instrument de solidarité, certes  la boutique Plaine’ Vêt dépanne. Elle dépanne une future maman qui va rentrer à la maternité et se voit réclamer un trousseau de naissance qu’elle ne peut pas se procurer autrement. Mais c’est surtout un instrument pour vivre ensemble, pour briser la solitude et recréer le lien social autour de ce qui est nécessaire à la dignité de tous : être correctement habillé.

    Fiche signalétique

    Boutique solidaire Plaine Vêt ; Pôle des Solidarités des 4 épis ; 20 rue Emile Mercier ; (à côté de la gare de Bouthéon) ; 42160 Andrézieux-Bouthéon.

    Horaires d’ouverture : Lundi : 13h30-16h30 ; Jeudi : 9h30-11h30 ; Vendredi : 13h30-16h30 

    Nouveau :  ouverture également le 2ème samedi du mois de 9h à 12h

    Sauf en août et vacances de Noël

    Co-responsables : Annie Bisetti ; Anne Darrieulat ; Tél : 06.73.01.40.21

    e-mail : SecoursCatholique42160@gmail.com

    Où et quand apporter des vêtements?

    Aux heures d’ouverture de Plaine’ Vêt, au Pôle des Solidarités des 4 épis à Andrézieux Bouthéon (voir la fiche signalétique) ;

    OU à l’antenne du Secours Catholique à Saint-Just, 15 rue Jayol, St Just St Rambert

    Le lundi : 14h30-16h30 hors vacances scolaires. N’apportez que des vêtements en bon état.

    Découverte des mouvements adultes paroissiaux de solidarité