Actualités des Mouvements de Solidarité


    Mouvements de Solidarité 


    ACAT : Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture

    Responsable paroissiale : Raymonde BAROU

    ---------------

    Ce vendredi est "26 juin : journée internationale de soutien aux victimes de la torture".

    Pour marquer cette initiative onusienne, l'ACAT vous invite à la NUIT des VEILLEURS.
    Cette année, le thème est "Le Cri de JOB"

    * Le groupe Acat d'Andrézieux  propose un temps de prière .
    à l'église d'Andrézieux ce vendredi 26 juin - 20 h.
    en respectant toutes les mesures sanitaires.
     
    * Si vous souhaitez prier chez vous, vous trouverez une version ci-dessous.

    * Rendez vous sur le site www.nuitdesveilleurs.com.
    Vous y découvrirez les victimes soutenues par l'Acat cette année ainsi que des textes, des prières, des chants...
    Sur le site vous aurez la possibilité de signaler votre présence pour marquer votre proximité avec les veilleurs et avec les victimes à qui vous pourrez envoyer un message de soutien personnalisé.

    En leur nom : MERCI.

    --------------------

    Le combat de l’ACAT continue 

    A La Talaudière, il n’y a plus de migrants ! Mais ils sont ailleurs,  dispersés en divers lieux, ou bien à la rue et………….. ils comptent sur nous !

    La collecte, toujours d'actualité, voit apparaître de nouveaux besoins :

    lits superposés, frigos, multiprises, matériel et produits de nettoyage (balais, serpillères, détergents, ...), tapis de douches, paillassons, etc...

    Pour ces raisons, nous comptons sur vous pour apporter un peu de vous-même chaque dimanche ou en déposant votre don à la salle paroissiale à Saint Just. Merci par avance pour votre aide.

    Contact : Pierre-Alex JACQUEREZ, 06.52.92.19.11

    -----------------------

    ACAT : visiter son correspondant, condamné à mort aux USA

    Livingston, petite ville Texane de 5000 habitants, s’étend au bord d’un joli lac entouré de forêts. Mais sous ces airs de paisible normalité, elle héberge un des établissements carcéraux les plus redoutés des Etats-Unis : la Polunsky Unit, dans laquelle plus de 200 personnes attendent depuis en moyenne plus de 15 ans ! de recevoir la peine de mort par injection.

    J’ai beaucoup hésité à aller voir mon correspondant Joseph, alors que cela fait des mois que je sais que je vais passer près du Texas... Nos 2 ans de correspondance ont certes créé un lien, mais la relation épistolaire procure une sorte de protection on ne dit pas tout, on ne voit pas tout dans une lettre, alors que la rencontre interpersonnelle, elle, rend beaucoup plus vulnérable ;  y suis-je prête, le veux-je vraiment ? La réponse à cette question qui me taraude finit par surgir dans mon esprit sans y être invitée, comme ça, entre le fromage et le dessert : « J’étais en prison, et vous m’avez rendu visite ». Pour une fois, c’est très clair !

    Une fois passée l’inspection complète de la voiture à l’entrée de la prison (les enfants se croient dans un film, je leur dis de ne pas trop plaisanter avec l’officier), je m’introduis seule dans la zone sécurisée : portail après portail, garde après garde, je pénètre lentement au cœur de la prison... Dans la salle des visites, les cabines blanches, munies de téléphones muraux, sont presque toutes occupées. Je m’installe à l’une d’entre elles, et quelques minutes plus tard Joseph arrive... Premier coup d’œil, l’émotion est palpable des 2 côtés ; Joseph fait mine de me « hugger à travers la vitre », et pendant les 4 heures que durera notre conversation, il me demandera de ne pas enlever ma main de la vitre où lui-même a collé la sienne.

    4 heures ça peut paraître long, mais nous avons finalement beaucoup de choses à nous raconter : je lui parle de ma famille, de notre voyage et des gens que nous rencontrons... Il me parle un peu de sa maman, du suivi de son affaire.

    A la fin de la visite, Joseph me demande si j’ai amené suffisamment d’argent pour que la garde prenne une photo de nous deux ; déception, je n’étais pas au courant et il me manque quelques cents... La dame qui termine sa visite au prisonnier d’à côté, nous entend et pousse gentiment vers moi sa monnaie superflue. Je m’apprête à la remercier, quand Joseph me stoppe net : « Don’t take it, I know this guy, he’s a rascist ! ». Mais après réflexion, il me conseille d’accepter: « This lady is nice, I don’t want to hurt her, nor you » ; et quelques temps plus tard, un « Thanks man ! » un peu gêné.

    Cet épisode anodin, ne laisse qu’entrevoir la méfiance, les tensions, la violence qui règne 24/7 en ces lieux de désespoir... Comment s’en étonner, puisque ces hommes sont confinés dans des cellules individuelles de 5,6m² sans judas ni fenêtre, n’en sortent que 2 heures par jour pour pouvoir tourner seuls dans une cage juste un peu plus grande, n’ont aucune activité collective pas même les repas, n’ont pas la télé et quasiment aucun lien avec le monde extérieur... Rien d’autre à faire, pendant 10, 20 ou 30 ans, que d’attendre le prochain lockdown (fouille totale de la prison), ou la prochaine exécution de l’un d’entre eux.

    Quel sens cela a-t-il d’imposer cela à des êtres humains, aussi fautifs soient-ils ? D’autant que grâce à notre correspondance, mais surtout au blog de détenus http://minutesbeforesix.blogspot.com, je sais aussi l’espoir qui survit derrière ces murs : les amitiés inattendues, le repentir, et pour certains, un véritable chemin de rédemption.

    Comme beaucoup, je me suis lancée dans cette correspondance avec le rêve naïf d’une belle amitié, l’espoir secret que mon correspondant ferait partie de ces erreurs de justice, ou à défaut, qu’il regretterait amèrement son crime.

    La suite de l’aventure, c’est accepter d’être rattrapé par la réalité, tenir bon lors des montagnes russes de la correspondance : quel autre choix, ces gens ont déjà été tellement trahis et abandonnés qu’il est impensable de les laisser tomber à nouveau !

    Quant à la rencontre de Joseph en personne, elle a été pour moi cruciale : aujourd’hui je peux dire que je connais Joseph car je l’ai rencontré ; et le voir m’a permis de ressentir et non de savoir à quel point nous sommes frère et sœur en humanité.

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    CCFD : Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

    Responsable paroissial : François MARTIN

     

    ----------------------------

    CAREME 2020

    MESSAGE DU CCFD- TERRE SOLIDAIRE (diocèse de St Étienne)

    À toutes les communautés paroissiales,

    Comme chaque année, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - Terre Solidaire, Service de France, appelle l’ensemble des chrétiens au partage pendant le carême. Cette mission s’inscrit dans notre démarche de Carême. Elle nous invite, à l’écoute de la Parole, à la conversion et à la solidarité aux dimensions du monde. Grâce au soutien de tous, le CCFD-Terre Solidaire peut soutenir sur tous les continents des organisations qui luttent contre la faim en s’attaquant à ses causes.

    Avec la crise que nous traversons, la campagne de carême du CCFD-Terre Solidaire est bouleversée. Toutes les animations autour de la solidarité internationale organisées par les bénévoles ont été annulées. La quête du 5e dimanche de Carême dans toutes les églises de France et reversée au CCFD-Terre Solidaire est elle aussi annulée.

    Nous invitons donc l’ensemble des communautés chrétiennes à faire vivre à distance ce geste de partage lors du 5e dimanche de carême, pour continuer notre action auprès du CCFD-Terre Solidaire et de ses partenaires locaux pour qu’ils poursuivent leurs actions et aident les plus vulnérables dans leur lutte contre la faim et les inégalités.

    CCFD-Terre solidaire, délégation de ST ETIENNE 4 rue Jean Lantier – 75001 PARIS

    (les chèques seront encaissés après la période de confinement)

    L’équipe d’animation diocésaine compte sur vous et vous espère en bonne santé.

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    Comité d'Aide aux lépreux :

    Responsable paroissial : Henri CHAMBERT

    ----------------

    « La force de notre Association réside dans la somme de tous les efforts individuels de ses membres. » (J. Vidal)

    La lèpre ne diminue pas ….. Aujourd’hui encore la lèpre est considérée comme une maladie très grave, mais on sait la soigner. Depuis 1965 avec vous, notre association se mobilise pour apporter son soutien aux pauvres parmi les pauvres. En leur nom, soyez-en remerciés.

    Notre action en 2019 : soutien financier  20 820€ ; colis 3 m3

    Les envois sont effectués en lien direct avec les bénéficiaires et nous avons un reçu de réception à chaque envoi.

    Nous récupérons les anciennes radiographies.

    Association montbrisonnaise d’aide aux lépreux

    BP 102   42603 MONTBRISON Cedex

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


    ES4P
     : Epicerie Solidaire des 4 Ponts est une association dont l’objectif est de permettre à des personnes en difficultés de se nourrir correctement. En pratique cela permet :

    -          Un accès à une alimentation de qualité en libre-service et à moindre coût,

    -          Les économies réalisées sont réinvesties dans un projet (règlement de dettes, frais médicaux, financement d’une formation, remplacement d’un appareil ménager etc.)

    Une conseillère en économie sociale et familiale assure un accompagnement individuel (réalisation du projet), et un accompagnement collectif à travers des temps d’animation et d’échanges sous forme d’ateliers à thème.

    Les personnes sont orientées par les travailleurs sociaux des 7 communes partenaires : Andrézieux-Bouthéon, Chambles, Montrond les Bains, St Cyprien, St Marcellin en Forez, St Just/St Rambert et Veauche.

    L’épicerie fonctionne grâce à une équipe d’une cinquantaine de bénévoles et deux salariées.

    Contact : Simone MOMEIN - epicerie.solidaire0909@orange.fr

     

    Découverte des mouvements adultes paroissiaux de solidarité