Mémento du soigneur de cierges

    Memento du soigneur de cierges

    20 février 2020

     

     

    Temps de l’allumage

    Allumer les cierges en arrivant et les éteindre en partant.

    Selon leur diamètre et leur composition,

                les cierges ont besoin de brûler au moins 1h30 (en été)

                pour fonctionner correctement et durablement (beaucoup plus en hiver).

     

    Le cierge pascal brille déjà quand la communauté arrive car le Christ nous précède alors que les autres cierges figurent la présente du Christ là où 2 ou 3 se réunissent en son nom ; ainsi, on peut faire un allumage pédagogique avec l’assemblée réunie.

     

     

     

    Attention à l’allumage

    -       Une mèche a besoin d’un temps de pré-chauffage,

    en fonction de son diamètre, pendant son allumage.

    -       Préférer un briquet long, ou une petite bougie, à une allumette.

    -       Eclairer la mèche à sa base en faisant fondre la cire qui l’entoure.

    -       Ne jamais éclairer la mèche par son sommet avec un temps de chauffe trop bref.

    -       Veiller à la température ambiante pour l’allumage de la mèche,

    plus la température est basse plus il faut de chaleur et de temps de chauffe.

     

     

     

    Attention à la position de la mèche

    -       Lorsque la mèche est bien allumée, depuis plusieurs minutes,

    • Vérifier qu’elle est bien droite (si le cierge est brûlé uniformément)
    • Ou l’incliner légèrement du côté qui est le moins brûlé

    (si le cierge est brûlé inégalement).

    • Attention à ne pas casser le fil de plomb central, au cœur de la mèche.

     

     

     

    Attention à la longueur de la mèche

    -       Pour un cierge bien plat : la mèche doit dépasser la base de cire de 5 mm.

    -       Pour un cierge creusé : la longueur doit augmenter

    car le creux va se remplir durant la chauffe.

    -       Donc, ne pas couper trop vite une mèche qu’on estime trop longue,

    au risque qu’elle devienne trop courte après un temps de chauffe.

     

     

     

    Durant la durée de l’éclairage

    -       Veiller à ce que la mèche soit toujours droite

    • ou repositionnée pour brûler de manière stratégique.

    -       Attention à la soufflerie du chauffage qui va coucher la flamme d’un côté ;

    si opportun : faire tourner le cierge d’un quart de tour chaque dimanche.

    -       Si le cierge fume, c’est que la mèche est trop longue pour le niveau de la cire

    Rapprocher la cire au centre pour faire monter le niveau de cire liquéfié.

    Si la mèche est vraiment trop longue,

    faire une boucle en replongeant l’extrémité dans la cire

    (attention, la mèche ainsi doublée

    augmente la quantité de flamme et de température :

    le cierge doit être surveillé plus étroitement).

    A la fin de la célébration, une fois que le cierge est froid,

    on recoupe la mèche à la longueur adéquate.

     

     

    Attention à l’extinction

    -       Préférer l’éteignoir au soufflage (un entonnoir bouché, un verre évasé… par exemple)

    • L’éteignoir coupe le feu radicalement : flamme et braise.

    (il ne reste qu’une légère et courte fumée grise)

    • Le souffle coupe la flamme et attise la braise.

    -       Vérifier que la mèche est éteinte.

    • Si elle fume, elle n’est pas éteinte.

    La fumée émise est bleutée, épaisse et plutôt longue.

    La braise peut durer plusieurs minutes et consumer totalement la mèche.

    -       L’idéal est de faire couler de la bougie chaude sur la mèche

    pour l’éteindre entièrement

    et l’avoir gorgée de cire pour l’allumage suivant

    -       Une mèche mal éteinte consomme sa cire et consume son coton.

    La cendre résiduelle se gorge à nouveau de cire chaude

    et donne l’illusion que la mèche existe encore, partiellement ou totalement.

    L’allumage suivant montrera que la mèche

    n’est plus que du plomb, de la cendre et de la cire.

    Au résultat, elle fait une flamme minuscule. On dit qu’elle « charbonne ».

    -       Lorsque le mèche est bien éteinte et avant qu’elle soit froide,

    veiller à la remettre droite (sans casser le fil de plomb).

    -       Ramener la circonférence de cire chaude vers le centre

    pour rendre la bougie la plus plate possible.

    -       NB La cire chaude augmente fortement de volume

    et elle se creuse de cavités lorsqu’elle se refroidit.

    On tiendra compte de ce phénomène

    lorsqu’on remodèlera la cire en fin d’allumage.

    Ainsi, on ne coupera pas trop vite

    une mèche jugée trop longue pour un niveau de cire froide

    car le niveau va monter rapidement et peut-être noyer la mèche.