4 octobre : fête de Saint François d'Assise


     

    Le 4 Octobre 2018 a été célébrée à la cathédrale St Charles, par notre évêque, la messe à l'occasion de la fête de St François d'Assise, patron de notre paroisse St François en Forez.

    Le week-end des 5 et 6 Octobre ces mêmes fraternités se sont réunies à Notre Dame de l'Hermitage pour se ressourcer et commencer cette année avec comme thème de réflexion : « Etre Franciscain en Eglise », accompagnées par le frère Jo Coz, capucin de la communauté de Lyon.

    François avant de commencer sa mission avait reçu un appel : « va et répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruine ». Après s'être fait maçon... François comprend qu'il lui faut réparer l'Eglise, non par voie de critique, mais par voie de SAINTETE...

    Le 19 Mai 1971, le pape Paul VI disait : « ...la vision du pape Innocent III de François soutenant la basilique du Latran, c'est à dire l'Eglise, corps mystique du Christ... a annoncé la vocation et la mission de la grande famille franciscaine » et il le confirma aux franciscains séculiers : « nous espérons que vous spécialement, chers tertiaires, serez cette épaule puissante qui soutient l'Eglise visible et humaine ».... Aussi le franciscain séculier devra comme François, se rendre disponible, chaque fois qu'il y a quelque chose à réparer et les champs d'action sont illimités ! .... réconciliations à favoriser, solitudes à remplir, exclusion à combattre, pauvreté matérielle et spirituelle à combler, respect de la vie et de la nature etc......

    Oui le franciscain est tout simplement un chrétien parmi d'autres mais un chrétien qui, avec Suzanne Giusepi Testut croit que l'Evangile n'est pas « un livre » qu'il n'est pas une « pensée », ni une « doctrine », ni même une « philosophie » ... qu'il n'est pas une « pratique » ni une « ascèse », pas même une « croyance » ou encore moins une « religion » .... mais qu'il est un EVENEMENT : l'annonce de la BONNE NOUVELLE....

    Aussi, « fidèle à son fondateur, le mouvement franciscain ne s'est pas mis systématiquement du côté de ceux qui aiment cheminer sur des sentiers battus ou qui n'avalisent que ce qui est reconnu. Toujours sensible, attentif et ouvert à l'œuvre de l'Esprit Saint, il a osé des chemins nouveaux et pris des risques à l'intérieur de l'Eglise, dans le monde entier et même chez les non chrétiens... Partant de l'expérience de l'apôtre Pierre..., les franciscains ont compris que l'Eglise doit s'ouvrir continuellement pour que tout un chacun y trouve l'accueil et l'écoute dont il a besoin. L'Eglise doit se mettre toujours en chemin et lutter contre l'inertie qui la paralyse et se traduit par le repliement sur soi ou l'autosatisfaction…… »

    Extrait de « François d'Assise Le prophète de l'extrême » de Suzanne Giuseppi Testut, laïque franciscaine.

    Fraternité « La Source »

     

     -------------------------------

    Nous avons perdu la naïveté... L'homme, enorgueilli de sa science et de ses techniques a perdu quelque chose de sa candeur … Toute sa science et toute ses techniques le laissent inquiet et seul. Seul devant la mort, seul devant ses infidélités et celles des autres, seul aux prises avec ses démons... et la parole de l'Évangile n'est jamais apparue aussi lourde de vérité humaine : « Si vous ne devenez pas comme des tout-petits, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux ».

    En ce 4 octobre, jour de la St François dont notre paroisse porte le nom, si nous prenions ce chemin qui conduit à l'esprit d'enfance. Un homme aussi simple et aussi pacifié que St François d'Assise a quelque chose à nous dire, quelque chose d'essentiel et de décisif, car ce saint du Moyen Age nous est étonnamment proche. Il semble avoir senti et compris notre drame à l'avance. Et qui donc, mieux que le Petit Pauvre d'Assise peut nous apprendre ce qu'est la pure simplicité ? Extrait de « Sagesse d'un pauvre » E. Leclerc

    Rappelons que François est né en 1181 à Assise, fils d'un riche bourgeois drapier. Il aime le luxe, la poésie, la fête avec ses amis et devient le point central de la jeunesse dorée avec laquelle il sait se montrer généreux. Il porte un grand rêve : devenir chevalier. Il participe à la guerre entre Assise et Pérouse où il est fait prisonnier et tombe gravement malade. Pendant cette période, il commence à s'interroger sur le sens de sa vie. A 22 ans alors qu'il repart pour la croisade pour réaliser son rêve, le fringant cavalier rencontre sur la route un chevalier pauvre à l'accoutrement minable. François réalise alors que par son luxe il éclabousse un chevalier authentique et perçoit la honte de cet homme. Sur le champ, il se dépouille de son riche habit et l'offre au valeureux chevalier. Il prend alors conscience que grâce à l'argent un fils de marchand peut tout se permettre : dominer, humilier n'importe qui, même un pieux chevalier... et cela sans autre mérite que la fortune.

    Voilà ce que François vient de comprendre et de rejeter. Il prend ses distances par rapport à tout ce qu'il y a de faux dans la volonté de prestige. Il s'ouvre à une relation humaine plus vraie. De retour à Assise, il est souvent seul, distribue son argent et se pose beaucoup de questions.

    C'est alors qu'il vit deux évènements fondamentaux :

    • François qui ne peut supporter la vue d'une léproserie sans se pincer le nez, se rend chez les lépreux pour les visiter et les soigner. Il évoquera plus tard : « la vue des lépreux m'était insupportable mais le Seigneur me conduisit parmi eux et je les soignai. Et quand je les quittai, ce qui m'avait semblé AMER c'était changé pour moi en douceur »...
    • Après avoir rendu publiquement à son père, argent et vêtements, il s'en va vivre en ermite, libre et heureux d'avoir tout quitté.

    De riches compagnons viennent le rejoindre et c'est alors que dans une église, le jour de la St Matthias, il a la réponse à ce qu'il cherche et ce pourquoi il est fait :

    Son histoire est faite de richesses, de fêtes, de luxe et d'insouciance . C'est la maladie qui lui donne le temps de réfléchir au sens de sa vie et l'amène à une conversion radicale. Désormais il est fait pour passer l'Évangile.

    • Passer de l'Évangile à la vie et de la vie à l'Évangile.

    « Évangéliser un homme, vois-tu, c'est lui dire : « Toi aussi, tu es aimé de Dieu et pas seulement le lui dire mais le penser réellement. 

    Il nous faut aller vers les hommes. La tâche est délicate, le monde des hommes est un immense champ de lutte pour la richesse et la puissance. Et trop de souffrances et d'atrocités leur cachent le visage de Dieu. Il ne faut surtout pas qu'en allant vers eux nous leur apparaissions comme une nouvelle espèce de compétiteurs. Nous devons être au milieu d'eux les témoins pacifiés du Tout-Puissant... des hommes sans convoitise et sans mépris, capable de devenir réellement leurs amis. C'est notre amitié qu'ils attendent, une amitié qui leur fasse sentir qu'ils sont aimés de Dieu et sauvés en Jésus-Christ ». (E. Leclerc : Sagesse d'un pauvre).